413 ° Régiment d’Infanterie

Constitution, le 21 mars 1915 à Saint-Germain-Lembron (Puy-de-Dôme), sous les ordres du lieutenant-colonel NITARD, en majeure partie avec des éléments de la classe 1915.

À la 155e DI en avril 1915, puis à la 154e DI  jusqu’en nov. 1918

Compagnie Hors Rang, formée par le dépôt du 92e R.I. de Clermont-Ferrand ;

1ère Compagnie, formée par le dépôt du 38e R.I. de Saint-Etienne ;

2e Compagnie, formée par le dépôt du 86e R.I. du Puy ;

3e Compagnie, formée par le dépôt du 16e R.I. de Montbrison ;

4e Compagnie, formée par le dépôt du 92e R.I. de Clermont-Ferrand ;

5e Compagnie, formée par le dépôt du 105e R.I. de Riom ;

6e Compagnie, formée par le dépôt du 121e R.I. de Montluçon ;

7e Compagnie, formée par le dépôt du 98e R.I. de Roanne ;

8e Compagnie, formée par le dépôt du 139e R.I. d’Aurillac ;

9e Compagnies formée par les sections des 92e, 105e, 139e et 105e R.I. ;

10e Compagnie, formée par le dépôt du 37e R.I. de Troyes ;

11e Compagnie, formée par le dépôt du 156e R.I. de Troyes ;

12e Compagnie, formée par le dépôt du 162e R.I. d’Aubusson.

Son effectif est de 51 officiers, 214 sous-officiers, 3031 hommes de troupe et 51 chevaux.

Le 1er Bataillon cantonne à Lempdes (43), les autres unités à Saint-Germain-Lembron, sauf les 11e et 12e Cies logées au Breuil.

Le 1er avril 1915, le Régiment quitte Saint-Germain-Lembron. Le 1er Bataillon s’embarque à Arvant (43), les autres vont, par voie de terre, à Issoire. Le 413e se trouve réuni à Montluel (01), le 2 avril au matin.

Le lendemain il s’embarque de Montluel à destination de la gare régulatrice de Creil. Le 14, tout le régiment cantonne à Corbie (Somme).

D’avril à fin septembre 1915, le Régiment prend les tranchées, en compagnie d’autres régiments, dans le but de familiariser progressivement les jeunes troupes avec le service de tranchée et la vie militaire au front. Il sera successivement à Fontaine-lès-Cappy, Lihons, Foucaucourt-Herleville.

1915 Somme (avril à septembre) : Fontaine-lès-Cappy, Lihons, Foucaucourt-Herleville.   Opérations en Artois (septembre-novembre) : bois en Hache, Souchez (fin novembre, les pertes du régiment sont de 248 tués, 618 blessés et 7 disparus).

Du 30 novembre 1915 au 30 mars 1916, le Régiment, reformé après les pertes qu’il a subies, est successivement mis au repos et à l’instruction.

1916 Alsace (novembre 1915-mars 1916) : Largitzen, Hirsbach.   Verdun (avril-juillet) : Watronville (11/03), 2e Bataillon au Bois Fumin (29/07), 3e Bataillon à Vaux-Régnier (30/07)   ( le 1er août les pertes pour ces 2 bataillons s’élèvent à 10 tués, 37 blessés et 1059 disparus, dont 25 officiers). Argonne (août-septembre) : bois d’Hauzy, Vienne-le-Château puis Verdun (décembre-janvier 1917) : Caurières, Bezonvaux (En 3 semaines, du 25 décembre 1916 au 18 janvier 1917, le froid, la boue et les bombardements incessants occasionnent des pertes a régiment : 43 tués, 400 blessés, 1 disparu et 327 évacués pour pieds gelés).

1917   Somme (février) Rosières-en-Santerre, La Plaine. Aisne (avril-août) : Bois des Loges, Craonne, plateau de Californie (mai) (du 8 au 24 mai 99 tués, 359 blessés et 120 disparus) ; puis plateau de Vauclerc (juin-juillet) puis Tranchées du Moulin de Laffaux, forêt de Pinon (août-18 novembre) puis Vaux-Fluquières (décembre) certains soldats, en limite d’âge, partent pour le 8e régiment territorial (hist. Du 8e RIT)

1918 Benay secteur de Saint-Quentin, Urvillers (janvier)   Vosges (février-mars) : Saint-Dié, Rougemont, Corcieux      Belgique : Secteur Locre-Dranoutre (Du 23 au 30 avril les pertes du régiment s’élèvent à 123 tués, 556 blessés et 812 disparus. 1491 hommes, dont 36 officiers, sur les 2100 environ engagés. Le 1er Bataillon se bat jusqu’au dernier homme).  Marne – Région de la Vesle (27 mai) : Jonchery, Hourges, Vandeuil (Le 2e et 3e Bataillon, pour se dégager, chargent à la baïonnette, sont anéantis presque en entier), Serzy côte 201 (Pertes totales de 1178 hommes et 38 officiers). (Juin-septembre) : Raulecourt (Meuse), Serre (Meurthe-et-Moselle). Champagne (fin septembre-octobre) : Saint-Souplet-sur-Py, Croix, Saint-Sulpice, Petit-Belloy, cote170, cote 145, Ardennes : Hauviné (08/10), Ménil-Annelles (12/10).

En résumé, le 413e R.I., né au printemps 1915, a pris part depuis cette date à toutes les grandes actions engagées sur le front de la Belgique aux Vosges. Il a brillamment tenu sa place dans la division de choc dont il fait partie et dont la réputation est établie chez nos ennemis eux-mêmes. Remplissant parfois des missions glorieuses mais obscures, il a mérité les éloges de tous les chefs sous les ordres desquels il a servi, et a été cité deux fois à l’ordre de l’armée. Décimé en maintes reprises, reformé avec des éléments d’âge et de provenance les plus divers, il a toujours su retrouver, à l’exemple de ses devanciers tombés au champ d’honneur, une cohésion, un esprit de corps qui en font un régiment de premier ordre.

Son jeune drapeau ne porte pas de nom de bataille ; mais, au cours de ces quatre rudes années de guerre, les soldats du 413e R.I. ont eu constamment les yeux fixés sur la seule devise qui flotte dans ses plis tricolores :

« HONNEUR ET PATRIE »

Le drapeau est confié au 92e R.I. Il a pris part aux fêtes de Paris (14 juillet 1919), où il a eu l’honneur de passer sous l’Arc de triomphe. A Clermont-Ferrand, lors du retour du 92e revenu de la rive droite du Rhin, le drapeau du 413e a eu sa part de gloire, car il portait à sa hampe la croix de guerre avec palmes et la fourragère.

Vous tous qui avez appartenu au 413e, saluez bien bas le drapeau du régiment, car c’est à l’ombre de ses plis que sont morts en héros 36 officiers et 1.286 sous-officiers, caporaux et soldats. Leur sacrifice n’a pas été inutile, car il a procuré à la France « LA VICTOIRE ».

 

Historique du 413e Régiment d’InfanterieMaison Alfred MAME et Fils –  Imprimeurs – Tours. Numérisation P. Chagnoux – 2009.

Mémoire des Hommes – Journal des Marches et Opérations du 413e Régiment d’Infanterie.

26N770/1 : 21/03/1915 – 25/03/1916

26N770/2 : 30/03/1916 – 31/12/1916

26N770/3 : 01/01/1917 – 08/07/1917

26N770/4 : 08/07/1917 – 31/12/1917

26N770/5 : 01/01/1918 – 16/05/1918

26N770/6 : 17/05/1918 – 26/09/1918

26N/770/7 : 26/09/1918 – 25/05/1919

Voir également :

http://www.chtimiste.com/

http://jeanluc.dron.free.fr/th/historiques.htm

MemorialGenWeb : Soldats Morts pour la France (liste partielle au 20/02/2014)

Memorial 1914-1918

20/02/2014

Texte préparé par Jacques GOMOT

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *